Nouvelle maman venant juste d'accoucher, malgré un super accouchement et un bébé bonheur, sage et en pleine santé, les hormones aidant, les vieux démons n'ont pas tardé à refaire surface.


N'ayant ni de référence paternelle, ni de référence maternelle, je croyais être totalement dénuée d'instinct maternel, mais je pensais avoir assez de jugeote pour ne pas refaire vivre à mon fils ce que j'avais pu vivre avec mes géniteurs. J'avais réussi jusque-là à faire le contraire que ce qui avait pu caractériser leurs vies pourtant bien distinctes car divorcés depuis ma plus tendre enfance.


La naissance de mon fils fut une révélation : l'instinct maternel m'a frappé de plein fouet, me remplissant d'amour et de joie à ma grande et agréable surprise.


Mais ce que je croyais enfoui au plus profond de moi-même resurgissait au moment de la consécration de ma vie. Quel paradoxe d'être aussi heureuse et aussi en colère en même temps.

Maintenant que j'étais dans leur situation, ce que j'avais pu « pardonner » à mes géniteurs me semblait tellement inconcevable et impardonnable comme comportement : l'inceste paternel caché aux proches et pour lequel il n'y a jamais eu ni aveux ni jugement en justice ; la mère Manipulatrice Perverse Narcissique qui a encore de l'emprise sur moi au travers de mes très jeunes sœurs et qui risque de répéter le même schéma avec mon fils ; l'alcoolisme familial ; etc.  Tout cela me rendait malade physiquement et mentalement et m'empêchait de m'épanouir pleinement dans mon nouveau rôle de maman.


J'ai connu ma thérapeute, Isabel, avant l'accouchement, lors des séances de préparation et elle a très vite vu clair en moi.  Néanmoins, Isabel m'a laissé le temps de faire mon chemin vers l'acceptation que j'avais des problèmes et m'a tendu la main dès que j'ai fait un petit appel à l'aide.

La thérapie m'a permis d'avoir très rapidement des outils à mettre en place dans la gestion de mes émotions induites par mes différents traumatismes.  Cela m’a permis de me déresponsabiliser d'actes qui n'étaient pas de ma faute, de prendre confiance en moi, de me recentrer sur moi-même et implicitement sur les besoins de mon fils, ...  Tout cela à mon propre rythme, en fonction du ressenti du moment, sans contraintes et sans violences émotionnelles extrêmes.


Ces outils mis en place m'aident encore actuellement à faire face lors de difficultés. Il y a encore du chemin mais j'ai beaucoup de cartes en main pour le parcourir seule, en fonction des aléas de la vie.


Petit à petit, j'avance vers mon idéal de vie et tout cela grâce à Isabel, qui a su m'écouter, m’apaiser, me guider, me stimuler au moment où j'en avais besoin et où j'étais enfin prête.  Je ne la remercierai jamais assez et elle aura toujours une grande place dans mon cœur comme dans celui de beaucoup de mamans et/ou traumatisé(e)s.
 
Frédérique (nom d'emprunt).
 
 
Thérapeute: Isabel Kestremont